Comment Alfred de Musset est devenu écrivain

Publié le par JLB

        

 

Comment Alfred de Musset est devenu écrivain 

 

Passionés par cet écrivain nous avons cherché à saisir le moment, la période, où Musset s'est  mis à se définir et a été défini comme écrivain.  

Pour comprendre comment Musset est devenu « écrivain » , c'est-à-dire  comment il s’est non seulement fait publier mais a fait parlé de lui et est devenu un incontournable pour le monde littéraire qui lui était contemporain , il faut revenir en 1827 .

 

 

Alfred de Musset entre dans les deux principaux cercles  romantiques parisiens  à peine âgé de 18 ans. L’écriture ne semblait pas à l’origine une évidence pour le jeune Musset. Sur les conseils de son frère Paul, polytechnicien , il fera au préalable un peu de droit , ira à des cours à l’Ecole de Médecine (in L’anglais mangeur d’opium , IVème partie) . Il s’adonnera également au dessin.

 

 

« A 18 ans j’hésitais encore sur l’état que j’embrasserais, lorsque le hasard me lia avec quelques jeunes gens qui s’occupaient de littérature. » (in Le poète déchu, IIème partie).

 

Musset au Cénacle ? Comment un jeune homme qui n’a jamais publié le moindre texte peut-il se retrouver dans le cercle privilégié du demi-dieu Hugo ?

 

Victor-Hugo n’était autre que le beau frère de Paul Foucher  et celui-ci introduit Musset auprès de Hugo . C’est au Cénacle que Musset rencontra Sainte-Beuve qui sera l’un de ses amis les plus proches . Il y rencontra également Boulanger ,Delacroix , Mérimée et Vigny parmi d’autres .

Parallèlement Musset fut introduit chez Charles Nodier .

C’est ainsi qu’on  peut expliquer les vers suivants de Musset :

 

 

De souper , se couchait, précisément à l’heure

Où (quand par le brouillard la chatte rôde et pleure)

Monsieur Hugo va voir mourir Phoebus le blond

(Sur Mardoche , dans Mardoche 1829 )

 

Musset a en effet participer à plusieurs des sorties qu’effectuait certains membres du Cénacle avec Hugo pour observer le coucher du soleil . Ils allaient  à proximité de Paris , à Vanves ou à Montrouge , ou encore en  haut des tours de la cathédrale Notre-Dame de Paris .

Le Musset des années 1827-1830 est un jeune homme de famille aisé qui passait le plus grand de son temps entre le Louvre, pour des séances d’études liées à ses cours de peinture , les réunions au Cénacle et à l’Arsenal et des fêtes notamment chez  Achille Devéria .

 

Il est l’ami de Mélesville (sera un auteur dramatique  très populaire  ) et voit souvent en sa compagnie , durant leur leçons d’art théâtral , le dramaturge  Eugène Scribe . Il écrit ces premiers poèmes en 1827 . Pourtant son style , son originalité propre , semble apparaitre dans Les Marrons du feu  , Ballade à la lune et Mardoche  de 1829 .

Grâce a Foucher il publie son premier poème, Un rêve dans la gazette  Le Provincial (Dijon) .

Mais Musset a besoin de gagner de l’argent et fait jouer des relations des cercles littéraires. Il traduit pour Louis-Charles Mame , L’Anglais mangeur d’opium  de Quincey . Musset prend de très grandes libertés vis à vis de l’original en ajoutant des expériences personnelles et en supprimant certains passages. Le livre sera un échec commercial.

C’est finalement en 1830 que son premier recueil  de poésie est publié, Contes d’Espagne et d’Italie. Cet ouvrage débuté fin  1828 fut probablement fini pendant un congé que l’entreprise de chauffage militaire où il travailla dans la deuxième moitié de 1829. C’est dans ce recueil que l’on trouve Ballade à la lune  dont on connait au moins de loin les vers suivants :

 

C’était, dans la lune brune

Sur le clocher jauni,

La lune,

Comme un point sur un i.

 

Les Contes d’Espagne et d’Italie eu un immense retentissement : les critiques négatives apposant un étiquette d’ « ouvrage vulgaire », « absurde » et « appelant au désordre social », quand des critiques positifs  y virent  la marque d’un  « poète précoce » et « libre ».

Musset sait que son ouvrage est impertinent, on y trouve des rimes faibles- il s’affirme dans cet ouvrage contre l’obsession de la forme qui oublie le fond -

mais surtout la préface refuse le rituel des allégeances aux  devanciers.

Quoi qu’il en soit le bruit autour de son ouvrage, critiques positives et négatives confondues,  en fait un personnage devenu  incontournable de la scène littéraire.

Envisager les Contes d’Espagne et d’Italie  comme l’amorce d’une « poésie personnelle » (M.Donald R.Gamble) serait le sujet d’un autre article mais ce sujet est passionnant et nous vous invitons à lire le brillant exposé de Gamble , Alfred de Musset et le développement d’une poésie personnelle.(cf bibliographie)  


 

 



Bibliographie :


Source primaire

A. Musset  édition formée par M. Allem ,Oeuvres complétes ,T1 Poésies , Collection Pleiade, Gallimard, Paris ,1933


Manuel

A.Lagarde ,M.Michard , XIXème siècle , Bordas ,Paris,2004

Ouvrages sur Musset
A. Charton ,Musset ,Folio Biographies, Gallimard , Paris, 2010
P. Musset, Biographie de Alfred de Musset , BiblioBaazar ,Paris, 2008


Article

M. Donald  R. Gamble , Alfred de Musset et le développement d’une poésie personnelle , Cahiers de l'Association internationale des études françaises (AIEF),  Paris ,2010 ( in www.persee.fr )  



 

 

 

Commenter cet article