Paris XII et l'International I et II (Les grandes fêtes traditionnelles chinoises et Les Bibliothèques incontournable de l’étudiant francilien , 1er article)

Publié le par JLB

 Les grandes fêtes traditionnelles chinoises

 

C’était il y a peu le Nouvel An Chinois . Les activités à Paris  pour cette fête traditionnelle , avaient , cette année encore de quoi impressionner.  Les défilés organisés dans le quartier chinois , mélants couleurs , danses et representations mythologiques , étaient un moment unique . Mais c’était surtout une petite ouverture vers ce monde d’une abysalle culture qu’est la Chine . Je voudrais , ce mois-ci , vous présenter synthétiquement les principales fêtes traditionnelles de l’Empire du Milieu .

 

 

 

La Fête du Printemps ou Nouvel An Chinois

 

L’ancien calendrier chinois sur lequel le nouvel an chinois est fondé fonctionnait comme une entité qui faisait sens autant au niveau niveau religieux que social. Il semble qu’un tel calendrier existait dés le 14ème siècle av. JC durant la dynastie des Shang (La dynastie Shang s'étendait sur un territoire comprenant  pour la Chine actuelle le Henan, le Hubei, le Shandong, une partie du Shanxi et du Shaanxi, et le nord de l'Anhui .)

 La structure du calendrier évoluait suivant l’empereur et suivant la région . Il était fondé sur les phases lunaires mais également les solstices et les équinoxes .  Le Yin et la Yang  et les signes du zodiaque ont également une influence . Chaque année correspond à l’un des douze animaux zodiacaux  .

Le nouvel an chinois commence au milieu du 12ème mois et finit  vers le milieu du 1er mois .

Traditionnellement certains rites sont effectués :

La famille et le foyer doivent être les premiers centre d’intérêt . La maison est purifié de l’air vicié huiqi par un grand nettoyage . Des offrandes sont offertes aux dieux sous la forme  de nourriture et d’icônes de papier . Des banderoles imprimées et portant des symboles de chance sont mis à l’entrée du domicile . Les pétards qui éclatent sont destinés à effrayer les démons . Les ainés peuvent donner de l’argent aux plus jeunes .

En un mot la ritualisation vise à apporter le bonheur au foyer et à la famille .

 

 

 

La fête des lanternes

Cette célébration clôt le cycle des festivités du Nouvel an.

 

Aussi appelé le   "petit Nouvel an" (xiaoguonian) , cette fête , correspond particulièrement aux rites suivants : A la nuit tombée , parents et enfants font une promenade , une lanterne à la main . Traditionnellement  on mange une soupe de yuanxiao (nom éponyme à la fête)  composée de boulettes de pâte de riz farcies très sucrées :  Ce dessert est liée au valeurs de la famille et à la félicité . Certains s’adonnent aussi  à un jeu d’énigmes qui date de la dynastie Song (960-1279) . Des spectacles de danses sont organisées durant le jour . La nuit tombé  , on admire les lanternes  . Il peut arriver également  que l’on assiste à des feux d’artifices.

Cette fête correspond à une légende :

On raconte qu’un dieu menaçait d’incendier  la capitale et qu’un homme astucieux eu l’idée de faire sortir  tout les habitants de la cité avec des lanternes rouges et d’en accrocher à toutes les portes . Le Dieu croyant à un incendie , se serait alors retiré .

Une autre version parle d’un canular monté par un des conseillers impériaux qui voulait permettre à une jeune servante du palais de sortir et de revoir sa famille pour un soir . Encore une autre histoire y voit une mesure impériale en faveur du bouddhisme : Sous les Han (206 av JC -220 ap JC ) ,des moines bouddhistes qui allumaient des lampes lors de rites le 15 du 1er mois lunaire auraient inspiré l’empereur , qui pour honorer les dieux ordonna d’allumer  des  lanternes  dans le palais impérial et les temples



La Fête des barques dragons ou Fête du Duanwu


Le DuanWu commémore la vie et la fête de Qu Yan , grand érudit –auteur entre autre de Li Sao - , et ministre du roi de Chu  ( entre 475 av. JC. et 221 av JC. , dynastie Zhou d’Orient ) . Victime d’une conspiration il est renvoyé de la cour . Durant son exil il rassemble quantités d’écrits poétiques chinois et écrit lui-même . Atteint d’une dépression très profonde il se suicidera même suite à la prise de la capitale du pays de  Qin , Ying, par le général Bai Qi . Il  se suicide en se jetant dans la rivière le cinquième jour du cinquième mois lunaire. Les riverains auraient alors lancé des boulettes de riz pour éviter que les poissons ne dévorent son corps. Dans le nuit suivant son suicide il serait apparu à ses amis et aurait expliqué qu’il avait été tué par un dragon de riviére . Il aurait demandéalors que soit jeté à l’eau des gâteaux de riz mais cette fois glissés dans des enveloppes de soie pour attirer les dragons ( gâteaux qui sont devenus les zongzi , la soie étant remplacée par du roseau ). Des bateaux devaient également rechercher son corps . Cette tradition devenant en fait  une course , celle dite des « barques-dragons » où les participants doivent être costumés –les costumes sont différents suivant les régions .

 

 

La Fête des Morts , Fête du Qinming

Cette fête a lieu entre le 4 et le 6 avril . Precisement le 104ème jour après le solstice d’hiver et tombe le 5ème jour de la 5ème période solaire . Il s’agit d’honorer la mémoire des morts . La fête du Qinnming viendrait du deuil à la mémoire de Jie Zitui (mort en 636 av. JC ) . Jie Zitiu était un des fidéle du duc Wen , duc de Jin , alors en exil . Il aurait fait une soupe pour les hommes de Wen et y aurait mis en l’absence de viande disponible , une partie de  la chaire de sa cuisse. Wen incroyablement bouleversé promis de le recompenser quand il serait revenu au pouvoir . Mais ce moment arrivé , Jie s’était retiré dans la forêt ne cherchant pas de reconnaissance . Wen aurait mis le feu à la fôret pensant ainsi le faire sortir et le récompenser . Mais Jie serait mort dans l’incendie . Le duc Wen bouleversé imposa alors un deuil de trois jours .

La  premiére célébration de la fête traditionnel du Qingming est attribué à l’empereur Xiangjong – un Tang- et remonterait à l’année 732 .

Lors de la  fête Qingming , fête des morts , la tradition est d’honorer ses ancêtres à proximité de leur tombes . On fait des priéres aux ancêtres et on  leur offre de la nourriture , des liquides (vin , thé etc.) et des objets de papiers . Il est possible  également d’effectuer des libations . Des branches de saules sont traditionnellement utilisés pour chasser les mauvais esprits . Lors de Qingming les familles se regroupent dans la convivialité .

Une des grandes traditions de Qingming est  enfin de faire danser des cerfs-volants représentants des animaux ou des persoonnes de l’opéra chinois) .

 

JLB 

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________


Les bibliothèques incontournables de l’étudiant francilien : une réponse à une question récurrente des étudiants en échanges Universitaires .


1er article (un second suivra)


Dans les couloirs de l’UPEC , l’année dernière, un groupe d’étudiant étrangers  nous avez demandé des informations sur les bibliothèques à Paris .  Nous leur avions fait une petite liste . Ils nous demandérent quelles étaint les « incontournables » . 

La revue Processus s’affirme depuis le départ comme ouverte aux étudiants de l’UPEC , c'est-à-dire à tout les étudiants de l’UPEC , les étudiants étrangers effectuant un programme  d’échange à l’UPEC compris . Dans cette perspective cet article et ceux qui suivront sur ce théme  ne pouvaitent pas ne pas être publiés :



La Bibliothéque publique d'information (BPI) ou Bibliothéque (du centre) Georges-Pompidou.

 

 

Le projet d’origine de la Bibliothèque Georges-Pompidou date de 1963-1965 : l’idée étant de désengorger la BNF. La BPI pouvant jouir d’un emplacement fraichement libre du au transfert des Halles centrales à Rungis. Alain Peyrefitte approuve un premier projet en 1967. En 1968 le Conseil de Paris fixe l’emplacement de la bibliothèque sur le plateau Beaubourg. Le président  Georges Pompidou décide en 1970 d’incorporer  la bibliothèque dans un projet de nouveau centre d’art moderne. Dés le début la BPI est envisagé comme une « bibliothèque-pilote » par la présence d’un  très ambitieux système informatique pour faciliter la recherche –elle fut d’ailleurs la première bibliothèque de France à disposer d’un système informatique.

Fermée entre 1997 et 2000, c’est une toute autre bibliothèque à la fin de son réaménagement. Son système documentaire est bien plus développé. Elle offre une consultation de ses documents sonores via des robots.

Elle se modernise encore en 2004 avec la possibilité de consulter des films documentaires directement sur les postes multimédias. Enfin, elle offre l’accès à un nouveau  portail documentaire en 2006 permettant l’accès à quantité de bases de données pouvant être très utiles.


ii) La BPI en pratique

 

 

 

La bibliothéque est ouverte les lundi, mercredi, jeudi, vendredi entre 12h et  22h et samedi, dimanche et jours fériés :entre 11h et  22h . Elle est fermée  les mardis et le 1er mai. Les 24 et 31 décembre elle  ferme à 19h et le  25 décembre et le 1er janvier , elle ouvre  à 12h
http://www.bpi.fr/fr/en_pratique/horaires_conseilles.html : le lien suivant est particuliérement utile en ce qu'il donne des indices sur la disponibilité des salles de la BPI .


L'entrée se fait rue Pompidou au dos de l'entrée principal du muse d'art contemporain . On y accéde par les métros Rambuteau, Hôtel de Ville,  et Châtelet ; les Bus 38, 47, 75; la sation RER Châtelet-Les Halles  .


Les "+" : les ressources informatiques (assez incroyables ...)  , beaucoup d'ouvrages , l'architecture du  batîment

 

Limite: ambiance n'est pas aussi studieuse qu'à la BSG par exemple .

 

 



BSG (La Bibliothéque Sainte-Genevieve)

 

i) Introduction à son histoire

Située  à l’origine au sein  de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris remontant au VIème siècle  , la bibliothéque Sainte-Genieve , existe au moins depuis le XIIème siècle ( cf un manuscrit de la bibliothéque municipale de Soissons ). Elle compterait d’ailleurs  environ 226 volumes à ce moment là . C’est grâce à l’évêque de Senlis ,La Rochefoucauld qu’elle est réinstitué après la dispersion des volumes au XVième siècle . C’est aussi l’évêque de Senlis qui permet un dépôt de 600 ouvrages auquel il ajoute ses collections de livres et d’archives personelles .Autre acteur importantdans l’édification des collections de la BSG, Le Tellier , archevâue de Reims légue quand à lui en 1710 , 16 000 volumes .

Si ce n’est qu’au XVIIIème que la BSG est ouverte au public , il faut savoir qu’elle est l’unr des premiéres de Paris à s’ouvrir ainsi . Les collections de la bibliothéque sont largement étendues  pendant ce même siècle , grâce au pére  Pingré , membre de l’Academie des Sciences et directeur de la BSG .

 Non seulment Sainte-Geniéve survit à la Revolution mais devenu « la Bibliothéque nationale » elle profite  de nombreuses  confiscations révolutionnaires et de prises de guerre de l’Empereur (au total environ 20 000 ouvrages ) . Elle est  rebaptisé Bibliothèque du Panthéon jusqu’à la Restauration . C’est à Pierre Daunon   que nous devons  son catalogue des incunables ,  puis son catalogue général en 33 volumes. Elle béneficie enfin par décret royal enn 1828 d'un exemplaire du dépôt légal en théologie , philosophie , droit , médcine et sciences.

Situé  à l’origine dans les locaux  vetustes de l’Abbaye , devenu lycée , elle va profiter de la démolition du collége de Montaigu . Le batîment de la bibliothéque actuelle sera en effet édifiée à son emplacement de 1843 à 1850. Enfin elle est rattachée à la Réunion des bibliothèques nationales de Paris en 1925 et à l’Université de Paris ( la Sorbonne) en 1930 . Elle ne devient interuniversitaire qu’en 1972 .

 

 

ii) La BSG en pratique

A savoir impérativement : Il faut une carte .Cette carte est délivrée gratuitement du lundi au vendredi de 10 h à 19h et le samedi de 10 à 18 h sur présentation d'une pièce d'identité, et de la fiche de renseignements . (attention il y atrés souvent de la queue pour les inscriptions) . Il est aussi possible de se préinscrire à partir du catalogue de la bibliothéque : voici pour facilitez la tâche le lien  http://193.48.70.233/bsg/GuestRegister.csp?Profile=Default&OpacLanguage=fre&EncodedRequest=a


 

La bibliothèque ouvre du lundi au samedi 10h à 22h . Elle ferme les dimanches et jours fériés , le samedi veille de Pâques (le 5 Avril 2010) , le lundi de Pentecôte (24 mai) , du 2 août au 14 août 2010 . Les 24 et 25 Decembre inclus ; les 31 Decembre et 1er Janvier 

 

Horaires spéciaux :

Du 19 avril au 30 avril  inclus ouvre de 10h à 20h ; Du 5 juillet au 31 juillet inclus  et du 16 août au 4 septembre , ouvre de 13 à 19h .

 

On accéde à la BSG par le RER B  ( station Luxembourg ) , par le métro , ligne 10  (station Maubert-Mutualité) et par les bus 84, 89, 82, 38, 27, 21, 85 .

 

petit conseil : si vous désirer travailler à la BSG arriver un peu avance et éviter de préférence si possible la tranche 16h-18h .


Les "+" : Une ambiance trés studieuse et un personnel extrêmement compétent , beaucoup d'ouvrages surtout en Sciences-Humaines . Si vous êtes en prépa ou voulez préparer un concours, des exemplaires d'annales de plusieurs concours . Et evidemment le cadre .

Limite : parfois bruyant . 



 
 

i) Introduction à son histoire

Commenter cet article