La culture comme pont entre la France et la Chine : Sur l’exposition du maître Li Zhongyao et ses éléves .

Publié le par JLB

 

 

 

Le Centre culturel de Chine à Paris accueille en ce moment une exposition du peintre chinois Li Zhongyao . 

Cette exposition a une grande force, elle  montre le travail d’un homme pour avantager le dialogue entre l’empire des lois –la France- et l’empire du milieu-la Chine  .  Li Zhongyao  fit ses études d’art plastiques dans de prestigieuses universités chinoises et est  aussi  détenteur d’un DEA de Paris 1.

Li Zhongyao tout comme sa femme sont des héritiers des maitres du mouvement du 4 Mai 1919 , un groupe d’artistes chinois désireux d’étudier l’art occidental . C’est bien dans la continuité d’artistes tel Xu Beihong ou Zhu Dequn que se situe Li Zhongyao et son épouse Li Xiaohong .

 

L’exposition est clairement dédiée à l’échange culturel entre nos deux pays . On comprend cela en regardant les œuvres du maitre  : En effet les peinture de l’artiste sont une synthèse entre une tradition européenne et une tradition chinoise :

 La peinture  chinoise traditionnelle   ne représente que très peu la mer préférant privilégier d’autres éléments naturels ,  mais Li Zhongyao  trace de magnifiques lignes de lavis  pour représenter cette eau qui reflète des nuances de lumières  multiples . Il permet surtout la perception d’un déchirement très marquant par sa douceur .

 La peinture acrylique très caractéristique de la culture picturale occidentale  est quand à elle utilisée pour représenter la xiuyi c'est-à-dire cette « peinture de la signification des choses » , «peinture des idées ». Le résultat est remarquable , on croira parfois voir des écailles multicolores qui se fondent dans une peinture qui m’a marqué par ce que j’y devine comme perception de la mutation invariable des éléments qui semble tant marquer la philosophie chinoise- et beaucoup d’intellectuels contemporains  chinois.  

Mais cet art de la synthèse entre nos cultures, cette volonté non de séparer ou  de classifier dans des schémas rigides des expressions artistiques  en évolution , amène le maître à échanger . Li Zhongyao est un professeur : il est un connaisseur mais il est aussi un passeur car l’un ne semble pas pouvoir chez lui  aller l’un sans  l’autre . Ainsi l’on peut voir avec plaisir le travail de ses élèves –sans doute les meilleurs car le niveau semble très élevé dans cette exposition.   

A l’heure d’un questionnement si prégnant  sur les relations entre la Chine et la France ne peut on pas penser que ces échanges culturels qui touchent –quoi qu’on en disent -  à une partie structurelle dans chaque pays , sont un pont qui existe et continuera à se construire…

 JLB

 

Commenter cet article