Comprendre pour Agir Octobre 2009

Publié le par JLB



 

Entretien avec le Président de La Mie de Pain, Mr Jean Laffon pour la revue Processus  , numéro Marges et Marginalisation .


Le slogan

JLB :Monsieur le directeur , pourriez-vous commenter le slogan de La Mie de Pain : «De l’urgence à l’intégration ? »

Jean Laffon :" De l’urgence" renvoi à un constat flagrant : tout homme doit  pouvoir trouver un lieu de repos , de  sociabilisation et de reconnaissance . Je voudrais appuyer sur ce point : Celui qui est tombé bas   souffre plus du regard des autres que de toute autre chose. Je veux parler de ce regard qu’on porte à celui  qui est exclus .La misère c’est moins la nourriture que l’exclusion .
Nous sommes un lieu pour tout homme et  nous cherchons à l’aider. Mais pas contre sa volonté .

Est-ce à dire « nous aidons avec et non contre » , comment cela se passe t-il ?
Oui . Les étapes sont : 1) prise de confiance en soi 2) Apprentissage de règles de communautés 

…ainsi transférées dans la société ?
Oui, la communauté de la Mie de Pain est d’ailleurs une première société :  ce n’est pas seulement les hébergés c’est aussi les salariés et les bénévoles : tous ne font qu’un .  Chacun apporte à l’autre. Le bénévole reçoit plus qu’il ne donne. En fait on augmente son potentiel dans l’autre et ses richesses. Dans cet autre qui est le plus désociabilisé .


L’anonymat

L’entrée à La Mie de Pain se fait de manière anonyme , pouvez vous expliquer ceci ?

Dans notre accueil des SDF nous sommes dans une logique d’anonymat du SDF. Pas de papiers d’identification. Tu as soif ? Je te donnes à boire. Tu as faim ? Je te donnes à manger . Tu peux être étranger ? Et bien je t’accueille. Tout cela sans te poser de question sur ton identité civile.


La question de l’autonomie

Jean Laffon:Ce serait bien qu’il ait un carnet de suivi. Mais en leur laissant le choix d’y souscrire ou non.

Vous recherchez donc  une certaine autonomie ?
L’homme est libre, nous apportons de les guidés. Pour la pandémie de grippe H1N1, ils ont pris l’initiative seuls, ils font de la prévention dans le centre. Mais l’homme est libre de tous ce qui lui appartient, même de sa santé.  Mais il faut le conseiller. Un gosse dont les parents disent « il doit faire ça » ne sont pas dans la bonne optique. Il faut une appropriation. Il ne faut pas d’agression. Par exemple au réfectoire je n’oblige pas quelqu’un à parler avec moi . C’est un viol
Le mot est fort , mais il a son sens d’après cette logique …
L’important c’est la chaleur humaine, la relation humaine .


De la figure du clochard au SDF d’aujourd’hui

Je voudrais vous demander ce que vous penser de la figure du « clochard » :
Le clochard n’existe plus. Dans ma jeunesse j’ai connu des clochards.
Le clochard était le seigneur de la rue, il allait aux portes des Eglises et était aidé par les femmes de charité .

Le clochard comme « dépassé » ?
Aujourd’hui ce sont des hommes broyés par la société et les problèmes familiaux .

En effet cela va alors très vite …

Oui . Et l’homme  se mettra à boire. Il n’y a rien pour le retenir. Cela va très vite, surtout dans la situation économique actuelle. J’ai rencontré des gens issue de familles riches, des cadres, des commerçants. Ils sont rejetés de la famille et tout s’enchaine.

Avec la famille ils perdent  donc la première structure de sociabilité …

Oui. Il se noit alors et il n’y a pas  de corde pour les aider ou on ne leur jette  pas cette corde.




La Mie de Pain en chiffres

Combien d’hébergés avez-vous ?
Nous logeons 440 personnes de façon permanente et donnons 600 repas par jour.

Vous avez une grande structure n’est-ce pas ?
Nous avons la plus grande structure de Paris . Les grandes structures sont les plus dures à gérer. De gros efforts sont faits notamment dans notre volonté d’accueil. Nous faisons également un grand effort dans la conduite des gens.



Quelle perspective privilégiez-vous dans votre travail ?


Comment associer une vision globale et le cas par cas : faire un choix ou peut-être penser sur un autre mode ?

 Les SDF ne sont effectivement pas un troupeau : il ne faut pas d’approche globale .On ne peut pas faire ce qu’on fait si on est pas porté  par soi , par son intériorité . Il ne faut pas trop théoriser. J’ai des rendez-vous avec le préfet Reynier , il voit le problème d’ensemble mais la solution vient de la relation humaine .


Qu’est cette force intérieure dont vous parlez ?
Je cites souvent un homme qui m’a donné un sourire : cela a récompenser tout les efforts que j’ai pu faire.



Pour cet hiver …
Que pouvez-vous nous dire sur la préparation de la période intense que sera cet hiver ?
Tout est prêt avant l’arrivée de la grippe. Nous avons anticiper dans nos capacités. Il y aura un plan spécifique en cas de pandémie. Sinon il y aura comme chaque hiver environ 600 repas.


Le bénévole doit-il forcément agir en pure gratuité  ?

D’abord  chaque personne qui  vient à un dévouement différent. Les motivations de ce dévouement , je ne les juges pas . Il ne faut pas catégoriser. J’ai peur d’entendre « le parfait bénévole c’est ça ». Le bénévole a une démarche personnelle. Chacun apporte ce qu’il peut mais dans une ligne de conduite : il faut accepter lorsque cela est nécessaire la formation.



Conclusion

Vous avez l’air très en accord avec la philosophie de la revue Processus  en ce qui concerne la vérité ?

Oui . On ne possède pas la vérité. L’exemple de la boîte de conserve est parlant : d’en haut je vois un cercle, de côté un rectangle. Si je reste sur le rectangle je n’avance pas.

C’est artificiel ?
En effet. Si on regarde le SDF sans chercher à comprendre on pourrait dire  que c’est un profiteur .

Quelle vision avoir ?
 Peut-être en cherchant l’intérieur (Teilhard-Chardin) . L’intérieur et l’extérieur sont en conflit : la personne qui dit, « c’est un profiteur » c’est déjà que cela l’interpelle par rapport à ce qu’elle vit.

Même derrière le préjugé on peut donc trouver quelque-chose de très beau ?

Il y a une sorte de carapace.

Merci pour cet entretien
Merci .


Si vous êtes interessé par le bénévolat a la Mie de Pain :
Souad.ajdaini@miedepain.asso.fr et http://www.miedepain.asso.fr/miedepain

Publié dans Comprendre pour Agir

Commenter cet article