Les Arts d'Hier , Aujourd'hui et Demain, Septembre 09

Publié le par JLB

  Arts et Essais, vous avez dit « Arts et Essais » ? Petit interview sans a priori

 


Le Quartier Latin, charmant quartier étudiant au centre de Paris est l’endroit rêvé pour le cinéphile. Parmi les nombreux cinémas du quartier il en est un que tout cinéphile qui se respecte connaît : le Reflet Médicis.

On entend parfois, « Moi je ne vais pas voir n’importe quel film ‘grand public’, je vais voir des films d’Arts et d’Essais ». Mais au fond qu’est-ce qu’un film d’Art et d’Essai ? Est-ce un film à petit budget ? Un film expérimental ? Un film qui a pour fin l’art et non l’argent ?

 

Pour en savoir plus nous avons décidé d’interroger le directeur du cinéma d’Art et d’Essai Le Reflet Médicis. Je tiens à  le remercier d'avoir pris sur son temps .

 


I- Par delà la distinction qu’y a-t-il vraiment ?

 


JLB :  Le cinéma grand public est-il si antithétique au cinéma d’Art et d’Essai qu’on veut le penser ?

 

Z. : La dénomination Art et Essai appartient au CNC. En gros 60 % des films en France sont labellisés Art et Essai . Des films aussi différents que Still Walking , le dernier film d’Almodovar (Etreintes Brisées ) ou même Shrek II (500 000 entrées)  .

 


II-  Shrek II  est un film d’Art et d’Essai !

 


JLB : Comment expliquez-vous qu’un film comme Shrek II soit classé Art et Essai ?

 

Z : Il y a deux approches pour définir le terme Art et Essai. La première est celle qui existe : Celle du CNC. L’autre est une approche imaginaire : peu d’entrées, films d’auteurs.

 Il faudrait un classement plus restrictif pour que les films qui sont choisis soient ceux qui en ont besoin. Aujourd’hui  l’attribution du label  pour un film est choisie de manière subjective. Je pense que le choix n’est pas  pertinent.

 


 

 

Commenter cet article