Paris XII et l'International Septembre 09

Publié le par JLB

Les origines antiques et médiévales du Quartier Latin.



Situé dans les 5e  et 6e arrondissements de Paris, entre  Saint-Germain-des-Prés et le jardin du Luxembourg, le Quartier Latin est le cœur historique de l’université parisienne. Son nom provient de l’usage exclusif du latin par les étudiants durant la période médiévale. L’identité du quartier est fortement liée au monde de l’Université qui gravite autour du bâtiment de la Sorbonne. Pourtant le quartier existait bien avant la création des universités. Son histoire remonte en effet à l’époque Gallo-romaine. De nombreux vestiges de cette époque persistent encore aujourd’hui. Dans le but de mieux comprendre la structuration et l’esprit de ce quartier, une liste non exhaustive sera ici faite des . principales étapes de son évolution jusqu’à l’époque moderne

             Après avoir incendié la ville de Lutèce en -52 les romains s’installent autour de l’île de la cité. Jusqu’à la fin de la période augustéenne, l’organisation de la ville gallo-romaine se fait progressivement et principalement autour de la montagne Sainte Geneviève. Le cardo et le decumanis, axes nord-sud et est-ouest autour desquels s’organisent toutes les villes romaines n’est mis en place  qu’à partir du 2e siècle, il va conditionner, jusqu'à aujourd’hui, la  trame du quartier. En effet l’axe nord-sud est encore aujourd’hui clairement visible. Il s’agit de la rue Saint Jacques et du boulevard Saint Michel (les rue de Champollion, Boutebrie, la Sorbonne, Victor Cousin et Le Goff sont également un héritage de axe). Le décumanis  est également encore très visible. Les rue Huchette, Saint-Séverin, de la Parcheminerie, Galande, du Sommerard, des Ecoles, Cujas, Clovis, Royer-collard trouvent leurs origines à cette époque.

            D’anciens monuments, dont une partie pour lesquelles les ruines encore présentes aujourd’hui, furent construits à cette époque. Pour exemple, un vaste forum de 160 mètres de long et 100 mètres de large situé à l’emplacement de l’actuelle rue Soufflot fut retrouvé par l’archéologue Vacquer au XIXe siècle. On dénombrait aussi trois thermes dont l’un, le plus connu, subsiste dans l’enceinte du musée de Cluny. On pouvait également trouver un amphithéâtre à l’intersection des rues Monge et Rollin, il porte actuellement le nom d’Arènes de Lutèce.

            A partir de la seconde moitié du IIIe siècle, l’essentiel de la rive gauche est abandonnée -suite aux invasions .C’est aussi à cette époque que la ville de Lutèce adopte le nouveau patronyme de Paris.

            Au VIe siècle une timide renaissance du quartier s’amorce lorsque Clovis choisit Paris comme capitale de son empire. On lui attribue avec sa femme Clotilde, la construction, au sommet de la montagne Sainte-Geneviève, d’une église dédiée aux apôtres Pierre et Paul à coté de laquelle sera construite un siècle plus tard l’abbaye Sainte-Geneviève, actuel Lycée Henri IV (rue Clovis).

 

            En réalité il faut attendre le XIe siècle pour que le Quartier Latin connaisse un réel essor et acquière l’aspect universitaire qu’on lui connait actuellement. C’est, en effet, à partir de cette époque que l’Université parisienne se développe.

            Les premières « écoles » voient le jour autour des cathédrales. Leur développement sur la rive gauche est dans un premier temps intimement lié à l’implantation des abbayes  Saint-Victor et Sainte-Geneviève où les Chanoines réguliers de  Saint Augustin avaient pour ambition de rivaliser avec les écoles cathédrales. Au cours des XIIe et XIIIe siècle les maîtres et étudiants des collèges se groupent en corporations pour échapper à la tutelle du pouvoir religieux et éviter une tentative de contrôle par un  pouvoir laïque. Apres de nombreux conflits, Paris obtient son corps universitaire (universitas magistrorum et scolarum) en 1215, c’est le début de l’Université à Paris.

            Au même moment Paris connait dans son ensemble de grandes transformations et commence à s’organiser en quartiers ce qui va accentuer l’identité du Quartier Latin: La rive droite voit se concentrer les activités d’affaires et le siège du pouvoir royale tandis que la rive gauche, autrement dit le Quartier Latin, devient rapidement le quartier des collèges et des universités.

            L’activité universitaire médiévale n’est pas à confondre avec l’université telle que nous la connaissons aujourd’hui. Elle s’organisait en 4 facultés : théologie, droit canon, médecine et arts. Les études, qui duraient de 6 à 15 ans se faisaient en latin. C’est d’ici que vient l’appellation de Quartier Latin. Les cours étant dispensés en partie dans la rue (aussi chez les professeurs, collèges et couvents), le quartier grouillait d’individus pratiquant couramment le latin.

            Les collèges pouvaient s’apparenter à des résidences créées par un mécène mettant à disposition des locaux à des jeunes étudiants, souvent originaires de sa région. Malgré son aspect improvisé l’université va progressivement s’organiser, notamment autour de la Sorbonne.

            La Sorbonne, créée par Robert Sorbon en 1253 est à l’origine un simple collège parmi d’autres. Elle fut agrandit avec l’aide de la royauté et de la papauté. Ces institutions avaient pour ambition d’en faire le siège de l’université de Paris. A l’aube du 16e siècle le Collège Royal (actuel Collège de France) est créé à l’initiative de François 1er. L’idée est de dispenser un enseignement entièrement financé par le roi. À son emplacement se trouvaient deux collèges médiévaux : le collège de Cambrai et le collège de Tréguier.

            Un autre élément eu un rôle important au cours de la période médiévale : la construction de l’enceinte de Philipe Auguste au début du 13e siècle dont le tracé concordait avec les actuelles rue des Fossée-Saint-Bernard , rue du Cradinal-Lemoine , rue Blainville ,rue de l'Estrapade ,rue des Fosses-Saint-Jacques,rue Malebranche ,rue Monsieur-le-Prince , rue de l'Ancienne Comédie et rue Mazarine. En définissant les limites de la ville elle va accélérer l’urbanisation et la densification de « l’outre petit pont » (nom que les contemporains donnaient à la rive gauche) intramuros.     

            Le Quartier Latin est l’un des quartiers les plus vieux et les plus chargé en histoire de la capitale française. Sa trame, qui rappelle son passé gallo-romain, ses nombreux édifices religieux autours desquels est né et s’est développé l’université parisienne, sont là pour nous le rappeler. Ce quartier devient dès le bas Moyen-Âge l’un des plus grand centre intellectuel européen. Il va également être le témoin privilégié de nombreux évènements politiques et religieux par la suite : entre autre les guerres de religions, la Révolution française mais aussi plus récemment mai 1968.

 

Nicolas Bonefille

Commenter cet article