Comprendre pour Agir , Août 09

Publié le par JLB



  L’ecologie , approche théorique
 

I- Ecologie n’est pas lutte pour la sauvegarde de l’environnement 

L’environnement est un sujet à la mode …   Afin d’éviter au maximum une vison réductrice et par-là néfaste ,il m’a semblé important de présenté synthétiquement les enjeux d’un tel probléme.  
 

Lorsqu’on entend quelqu’un dire : « je suis pour la lutte pour l’environnement » , cette personne a dit plus qu’elle ne croyait. En fait elle a exprimé un certain goût pour l’anthropocentrisme mais elle ne le sait pas . Quand j’utilise le mot environnement , je définis la nature comme ce qui m’entoure et donc ce dont je suis le centre . Si je suis le centre de la nature c’est un peu comme si elle était mon ‘décor’. En fait je définis la nature comme prenant son sens par l’homme. Pour récapituler , la nature existe pour l’homme et l’homme possède le droit de la maîtriser . Dire ceci ce n’est que citer la Génése (I,26-29) ou Descartes dans le Discours de la méthode (VI) lorsque le philosophe creusois définit les hommes comme « maîtres et possesseurs de la nature » . 
 

Quand la même personne dira : « Je suis pour l’écologie » elle dira une chose totalement différente que lorsqu’elle a dit « je suis pour la lutte pour l’environnement ». Ecologie renvoit au grec oikos , la maison .  L’homme habite la nature, c’est son toit ,sa protection . Nous l’habitons peut-être de manière contingente : la Nature a sans doute existé sans l’homme et peut-être est-il juste ‘de passage’. Pour récapituler l’homme n’a aucun droit sur la nature.  
 

II- Rapports de l’Homme à la Nature  

Heidegger montre (dans Essais et conférences ) que les Anciens et les Modernes ont un rapport très différent à la nature . Il donne l’exemple d’un promeneur qui se ballade au bord du Rhin . Le philosophe allemand explique que l’homme voit sur sa route deux ‘marques’ de l’homme sur la nature . La premiére marque est un ancien pont en bois . La seconde marque est une centrale hydraulique. Les deux infrastructures montrent deux conceptions de la nature . Heidegger montre que le pont est un aménagement de l’homme qui n’altére pas la nature alors que la centrale détourne le courant et enferme une partie du fleuve . Il y a une sorte de violence dans l’acte technicien du Moderne face à la nature. L’exemple permet de souligner deux enjeux : 1) le rapport de l’Homme à la Nature se fait par l’intermédiaire de la technique afin de produire (poesis) les éléments de son adaptation. 2) l’Ancien pose la Nature comme fin , le Moderne pose la Nature comme moyen . 
 
 
 
 

III-Trois types d’écologistes  (cf I-): 

  1. les écologistes « anthropocentriques » ou « environnementalistes » : Nature comme décort, problémes de l’environnment ne sont perçus que comme étant un probléme pour l’éspéce humaine
 
  1. les  écologistes « utilitaristes » : L’Homme est bien au centre mais toute violence à l’encontre de la Nature qui soit inutile ne doit pas avoir lieu.
 
  1.  les écologistes « écocentriques» ou « biocentriques ». La Nature a priorité sur l’humanité . W. Aiken explique ainsi qu’il faut supprimer 90% de nos effectifs .

Publié dans Comprendre pour Agir

Commenter cet article